Observations macroscopiques et analyses par spectroscopie Raman des pigments des peintures murales gallo-romaines : une courte présentation.

Par Nicolas Delferrière

            La connaissance des pigments utilisés dans la réalisation des peintures murales en Gaule romaine n’en est encore qu’à ses « balbutiements ». En effet, des analyses, trop coûteuses parfois, ne sont pas réalisées systématiquement lors de l’étude d’ensembles peints, mais tendent à se généraliser. Ainsi, un colloque international intitulé « La peinture murale antique : méthodes et apports d’une approche technique » a été organisé à l’université de Louvain-la-Neuve, le 21 avril 2017, sur cette thématique. Pendant longtemps, les témoignages écrits de Vitruve et de Pline l’Ancien ont servi de supports à la compréhension des couleurs employées, ils étaient donc confrontés aux observations macroscopiques effectuées. Puis, des analyses physico-chimiques poussées avec des appareils de plus en plus performants ont permis, par exemple, d’aller plus loin dans l’identification de l’origine des matériaux utilisés pour les couleurs et la nature de mélanges particuliers ; c’est le cas avec l’emploi de la spectroscopie Raman qui permet de déceler la présence de colorants organiques adsorbés sur une base argileuse pour les rendre insolubles. Pour des raisons de coûts déjà évoquées, encore aujourd’hui, il faut souvent se contenter d’observations macroscopiques, porteuses néanmoins de plusieurs informations.  La communication proposée ici n’a pas la vocation de présenter dans le détail les différents pigments employés et les méthodes pour les identifier. Il s’agit d’évoquer les observations macroscopiques et les analyses effectuées sur quelques échantillons des peintures murales de la villa du lieu-dit « Deilly » à Villeperrot (Yonne).

            Les pigments en Gaule romaine : observations macroscopiques des fragments du lieu-dit « Deilly » à Villeperrot (Yonne)

            La villa gallo-romaine du lieu-dit « Deilly » à Villeperrot a livré cinq ensembles peints dont les trois premiers témoignent de l’utilisation d’une large gamme chromatique. Les pigments identifiés à Villeperrot sont les mêmes que ceux qui prédominent en Gaule romaine : les ocres, le noir et le rouge à base d’hématite. Le noir, pigment principal de l’ensemble 1 et de l’ensemble 2, est un pigment organique classique du monde romain, il s’agit sans doute de noir de carbone obtenu par combustion de bois.

            Plusieurs fragments présentent du vert qui peut être obtenu avec des terres vertes composées des minéraux suivants : la céladonite, la glauconite et le chlorite ; les superpositions jouant sur la teinte du vert. Ainsi, une sous-couche de goethite jaune permet d’atténuer la teinte du vert et d’obtenir du « vert clair », tandis que du noir permet d’obtenir du « vert foncé ». Les jaunes présents sont en majorité à base d’ocre. Enfin, les couleurs intermédiaires sont obtenues par des mélanges de pigments : gris avec du noir et du blanc, verdâtre avec du vert dilué dans du jaune, rose avec du blanc et du rouge ; ce dernier mélange est fréquent dans le monde romain. Pour terminer, il y a un fragment qui n’est pas rattachable aux ensembles peints identifiés présentant un gris-bleu passé. L’analyse par spectroscopie Raman a permis d’apporter une identification rendue difficile par l’observation macroscopique : la présence de bleu égyptien. Un cas similaire de gris-bleu a été observé à Alésia, au lieu-dit « En Curiot », mais dans ce cas, l’observation macroscopique attentive du fragment en question a permis d’identifier à coup sûr la présence du pigment bleu.

            Analyses par la spectroscopie Raman

            La spectroscopie Raman est une technique d’analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l’interaction de l’échantillon avec un faisceau de lumière monochromatique. La différence de fréquence entre photon excitateur et photon diffusé renseigne sur la nature chimique de la molécule à l’origine de la diffusion. En termes d’imagerie Raman, la technique employée consiste à défocaliser le faisceau laser de façon à obtenir une tâche de plusieurs dizaines de microns. L’acquisition de l’image est ensuite directe et n’implique pas de déplacement de la surface de l’échantillon sous le laser.

            Un fragment rouge de l’ensemble 3 a été analysé par Maria Carmen Marco de Lucas (Laboratoire ICB, Université de Bourgogne) à l’aide d’un spectromètre Raman, ce qui a permis de mettre en avant l’importance de l’hématite dans la composition mais également la présence non négligeable de carbone, ce qui explique le caractère foncé du rouge pour un revêtement technique dont la surface picturale n’est pas de très bonne qualité.

            Déjà évoqué précédemment, il y a également le cas d’un fragment dont l’analyse a permis d’identifier la présence de bleu égyptien.

 

Enduit peint technique rouge découvert in situ, ensemble 3, villa gallo-romaine du lieu-dit « Deilly » à Villeperrot.
Cliché : Jean-Yves Prampart, 1992.

            La transformation des couleurs

            Enfin, notons que l’examen des couleurs par observation à l’œil nu peut être faussé par plusieurs facteurs accidentels comme un incendie qui transforme considérablement les teintes. Le rouge vermillon, fabriqué à partir du cinabre (sulfure de mercure) est l’exemple le plus significatif. Considéré comme le plus chaud et le plus lumineux, ce rouge particulier a la caractéristique de ne pas être stable. Le témoignage de Vitruve (De Architectura, VII, 9, 2-3) est important dans la connaissance des propriétés de ce pigment : « Lorsque le vermillon est appliqué sur les enduits des salles closes, il conserve sans altération sa couleur. Mais dans les lieux ouverts, c’est-à-dire dans les péristyles ou les exèdres, où le soleil et la lune peut faire pénétrer son éclat ou ses rayons, lorsque l’endroit peint en vermillon en est atteint, la couleur s’altère et, perdant sa vertu propre, tourne au noir. Mais si l’on est plus avisé et que l’on désire que le revêtement peint de cinabre conserve sa couleur, quand le mur aura été peint et qu’il sera sec, on y étendra avec un pinceau de la cire punique fondue au feu et additionnée d’un peu d’huile ». Ce témoignage a été attesté archéologiquement à Glanum (Saint-Rémy-de-Provence, Bouches-du-Rhône) dans la maison XVIII dite des deux alcôves. Il y a également le cas de la transformation de l’ocre jaune en rouge sous l’effet de la chaleur d’un incendie par exemple. Souvent reconnaissable au premier coup d’œil parce que la paroi présente par endroits l’ocre jaune d’origine, il est parfois nécessaire de faire des analyses pour confirmer ou infirmer une observation macroscopique rapide. Cette aide précieuse apparaît donc déterminante pour la connaissance de la peinture murale en présence.