La question de la couleur sur les monuments funéraires gallo-romains

Par Anne-Laure Edme

Musée archéologique, Dijon (2013.0.115), essais de restitution ; DAO A.-L. Edme.

La question de la couleur sur les monuments gallo-romains est à prendre dans son ensemble : on ne peut pas étudier les rehauts de couleur des monuments funéraires sans connaître ceux des autres monuments gallo-romains.

Pour les monuments publics, de nombreuses études ont été menées (ex : Maison Carrée de Nîmes). Les monuments grecs ont notamment fait l’objet d’études récentes, comme celle de Philippe Jockey (2013). Les peintures murales conservées sur certains bâtiments publics nous permettent de connaître un peu mieux les couleurs employées : bleu égyptien, ocre rouge, ocre jaune (ex : le théâtre d’Argentomagus).

Pour les monuments funéraires, les choses sont moins bien connues. Ce thème n’a en effet été que peu étudié. La couleur est utilisée dans quatre domaines : architectures, fonds de niches, chevelures et vêtements, inscriptions peintes.

Précisons que l’utilisation d’un enduit blanc à la chaux, employé afin d’uniformiser les surfaces, a été attestée pour de nombreuses stèles. Il s’agit là d’une pratique courante, visant à préparer la pierre avant d’y appliquer la couleur.

Il est vrai que certains monuments nous sont parvenus avec des rehauts de couleurs, mais de mauvaises conditions de conservation – ou le nettoyage des stèles – ont causé des dégâts irréparables et effacé ces traces colorées. Cela explique le peu d’études menées sur le sujet, le corpus lui-même étant trop faible. Ainsi, Jutta Ronke (Polychrome Provinze. Zu einem kleinformatigen Weihrelief aus Güglingen-Frauenzimmern), dans les Actes du Colloque international sur l’Art provincial romain (Arles, 2009), parle d’une stèle de femme dont la tunique était rehaussée de rouge, mais le lavage de la stèle a effacé ces traces.

 

 

Musée archéologique, Dijon (Arb. 67 et 140).

Fond coloré : le bleu égyptien est attesté sur le fond d’une niche du Musée archéologique de Dijon (2013.0.115).

Chevelure et costume : l’ocre rouge était couramment utilisé sur les chevelures, les vêtements et certaines parties des architectures des tombeaux.

Architecture : le monument du boucher du Musée archéologique de Dijon (Arb. 67 et 140) nous présente de l’ocre rouge et de l’ocre jaune au niveau des détails de l’architecture (corniche) et de certains liserés de contours du décor (contours d’un cheval psychopompe et de vases).

Inscriptions peintes : Au XIXe siècle, de nombreux musées ont repeint en rouge les inscriptions antiques. Il ne faut donc pas confondre ces « restaurations » avec les restes de peinture antique. Certaines inscriptions gravées étaient rehaussées de rouge afin de les rendre plus lisibles (Langres, 847.23). D’autres inscriptions étaient quant à elles uniquement peintes, probablement dans le but de faire des économies, la gravure coûtant cher. Malheureusement, aucune inscription de ce type n’a pour le moment été mise au jour en Gaule romaine, la peinture ayant été effacée par le temps et les conditions de conservation.

La nécropole de Saint-Ambroix (Cher) a ainsi livré de nombreuses stèles de très bonne qualité, dont certaines possédaient encore des rehauts colorés.

« Lors de la découverte, le fond de la niche était peint en vert d’eau : il reste des traces non équivoques de cet enduit. Nous avons cru, au moment de l’extraction, y voir aussi des traces de traits bruns, peut-être d’une inscription peinte. Quelques restes de brun rouge se voyaient enfin sur les chevelures » (O. Thil et P. de Goy, 1911, p. 37).

« Si, lors de la mise au jour, des couleurs ont été signalées sur les fonds des niches (n° 8, 24, 32), sur les coquilles (40), et sur les personnages (10, 40, 32) elles sont encore bien visibles sur les n° 9, 11, 14, 29, 32. Pour les stèles 9 et 14, il s’agit d’un enduit blanc destiné à uniformiser la surface à peindre, à masquer les éventuels défauts de la pierre et à favoriser l’adhérence des couleurs appliquées postérieurement. Ajoutons que des lettres de l’inscription Ermetori, sur la stèle 38, avaient été gravées et peintes en rouge afin de les rendre plus lisibles. ». (G. Coulon et S. Deyts, 2012).

Bibliographie

Balmelle (C.), Eristov (H.), Monier (F.), Décor et architecture en Gaule entre l’antiquité et le Haut Moyen Âge : mosaïque, peinture, stuc, Actes du colloque international (Toulouse II Le Mirail, octobre 2008), Bordeaux, 2011, p. 290-295.

Coulon (G.) et Deyts (S.), Les stèles funéraires gallo-romaines de Saint-Ambroix : un atelier de sculpture dans la cité des Bituriges, Châteauroux, 2012. p. 147.

Jockey (Ph.), Le mythe de la Grèce blanche, Paris, 2013, 291 p.

Ronke (J.), Polychrome Provinz : zu einem kleinformatigen Weihrelief aus Güglingen-Frauenzimmern, Les ateliers de sculpture régionaux : techniques, style et iconographie, Actes du Xe Colloque International sur l’art provincial romain, Arles et Aix-en-Provence, 21-23 Mai 2007, Arles, 2009, p. 625-632.

Thil (O.) et Goy (P.) de , Les découvertes des Champs de Saint-Hilaire à Saint-Ambroix, Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre, tome XXXIV, 1911, p. 21-96.

Exposition de Copenhague : There is something you don’t see ! http://www.glyptoteket.com/whats-on/calendar/transformations-classical-sculpture-in-colour