L’incendie de Rome et la persécution des chrétiens chez Tacite et Suétone : état de la question.

Par Jocksy Ondo Louemba

Dans la nuit du 18 juillet 64, alors que Néron avait revêtu la pourpre impériale depuis dix ans, un incendie éclate dans la ville de Rome. Six jours et six nuits plus tard, l’incendie s’arrête enfin et le bilan est lourd : Trois des quatorze régions de Rome, dont la troisième région appelée Isis et Sérapis et le Palatin « quartier impérial », sont complètement détruites, sept régions  sérieusement endommagées et quatre intactes. À cela s’ajoute sans doute des milliers de victimes humaines, sans compter les dizaines de milliers de déplacés.

Dans leurs récits, contenus respectivement dans Les Annales et la Vie des douze Césars (Vie de Néron), Tacite et Suétone nous livrent leur version des faits : ils parlent de la violence sans précédent de l’incendie et désignent un coupable : l’empereur. Mais l’empereur, pour se disculper, accuse les chrétiens installés à Rome depuis quelques années et les livre aux supplices.

Ces récits ont suscité chez les Historiens une question très ancienne mais toujours actuelle : Néron a-t-il brûlé Rome et persécuté les chrétiens ?

Aujourd’hui, à la lumière de plusieurs données, on se rend compte que les récits de Tacite et Suétone sont en plusieurs points faillibles et quelque peu suspects de parti pris, ce qui permet de dire que les preuves généralement avancées pour inculper Néron sont ténues. Quant à la persécution des Chrétiens, les écrits de Tacite et Suétone soulèvent plusieurs questions notamment celles des bases juridiques, de la nature des supplices et de la faisabilité de ceux-ci.