Le croisement des sources dans le cadre de l’archéologie des carrières.

Front de taille principal de la carrière de Frôlois (Côte-d'Or), datée du XIXe s. Cl. P.-A. Lamy

Front de taille principal de la carrière de Frôlois (Côte-d’Or), datée du XIXe s. Cl. P.-A. Lamy

Par Pierre-Antoine Lamy

Les carrières de pierre antiques bénéficient depuis la fin des années 1980 d’un regain d’intérêt de la part de la communauté scientifique (J.-P. Adam, R. Bedon, J.-C. Bessac). On s’est pendant longtemps attaché à les analyser sous l’angle du droit romain, et parmi elles ce sont surtout les carrières les plus prestigieuses qui ont attiré l’attention (marbres de Chemtou, de Paros ou de Carrare). Grâce notamment à l’apport de la géologie au champ archéologique, il est dorénavant reconnu que des carrières plus modestes en nature de la pierre comme en volume d’extraction constituent elles aussi un pan essentiel de la réflexion portée sur l’anthropologie, l’histoire des techniques et l’économie antique. Toutefois encore faut-il identifier et localiser ces carrières, à défaut de préservations des vestiges qui restent des cas exceptionnels (carrière de Locuon, Morbihan). Reconnaître des carrières antiques peut s’avérer difficile, et ce particulièrement dans les régions où abondent les pierres de qualité. Les sources antiques n’aident guère le chercheur en ce sens; le mépris relatif des hommes de lettres romains pour les travailleurs manuels y est pour beaucoup (cf. Cicéron, De Officiis, LXII). Les textes de lois romaines, déjà fort usités par les chercheurs du siècle dernier, abordent la question des carrières essentiellement au travers de la propriété foncière et du droit pénal, et les mentions précises identifiant une carrière donnée sont rares. Toponymie et microtoponymie sont des outils que l’on manie toujours avec une précaution extrême: déformation de la langue et des sonorités, erreurs de la tradition orale. On constate cependant pour le cas bourguignon des correspondances significatives: dérivés de lapis retrouvés pour les carrières de Lavau (Yonne), de lauseria pour celles de Luzy (Nièvre), ou encore de quadraria pour Carisey ou Quarré-les-Tombes (Yonne). Enfin, la discipline archéologique constitue la source d’information la plus fiable, encore que le plus souvent la prospection ait du être motivée en amont par des données d’une autre nature