L’apport des sources postérieures à l’antiquité dans le cadre de l’archéologie du bâti : le cas des portes romaines d’Autun.

Porte d’Arroux à Autun. V.B.

par Vivien Barrière

Paradoxalement, l’étude des sources postérieures à l’antiquité (médiévales, modernes et contemporaines) est susceptible de nourrir la connaissance d’un édifice antique. En effet, dans le cadre de l’archéologie du bâti (ou archéologie de la construction), il est fondamental de déterminer les différentes phases qu’a connues l’édifice afin de restituer les évolutions de son bâti sur le temps long. Les sources d’époque moderne et contemporaine relatives aux portes d’Augustodunum constituent un fonds documentaire considérable, à la fois textuel et iconographique mais, avant d’exploiter ces documents et de croiser les données qu’ils contiennent, il est impératif de procéder à leur examen critique : c’est seulement ainsi que l’on déterminera le degré de fiabilité que l’on peut leur accorder et l’utilisation qui peut en être faite au sein du raisonnement archéologique. Les méthodes mises en œuvre pour exercer la critique des sources iconographiques diffèrent selon leur nature (photographie, art graphique, relevé architectural). Enfin, face à des sources textuelles qui fourmillent d’emprunts à leurs devanciers et de souvenirs de lecture, il importe de comprendre, au moyen d’une étude attentive de la structure et de la trame du texte, quelles relations de filiation et de parenté lient les différents auteurs. Bien souvent, en effet, le lecteur pourrait être induit en erreur en considérant trop rapidement que c’est la date de publication d’un texte qui indique la datation de l’état du bâti décrit par l’auteur. Ce travail de compréhension peut être représenté graphiquement sous la forme d’un schéma s’apparentant au stemma des philologues. Le même travail doit être conduit pour les sources iconographiques et cartographiques au sein des quelles les emprunts, assumés ou dissimulés, pullulent.