Identités et frontières à la fin de l’âge du Bronze. Comprendre les comportements sociaux à l’aide des sources ethnographiques.

Marie_poterie SCP

Dessin d’une céramique issue de Sainte-Croix-en-Plaine, « Holzackerfeld » (68).
M. Philippe.

Par Marie Philippe

Comment étudier des peuples sans écriture, sans nom, sans « histoire » ? Comment identifier des gens qui vivaient ensemble et interagissaient au quotidien ? La distinction de cultures archéologiques a fait ses preuves, mais ses limites et paradoxes ont été mis en évidence depuis longtemps. Qui/que représente t-on à travers des aires culturelles souvent gigantesques ? À la fin de l’âge du Bronze, la question prend toute son importance avec la standardisation des pratiques et productions des « Champs d’Urnes » : est-ce un seul et même « peuple » qui occupe toute l’Europe centre occidentale ?

Les enquêtes ethnographiques apportent un éclairage nouveau à notre réflexion. Elles complètent notre définition de l’identité collective, qui apparaît multiple, dynamique et subjective. On conçoit désormais les difficultés de l’archéologue à cerner quels traits culturels (conservés !) sont des symboles identitaires, et à admettre qu’une identité peut être latente. Peut-on alors chercher dans les productions matérielles des marqueurs « cachés », révélant « qui on est » et non pas « à qui on souhaite être assimilé » ?

Une fois de plus, l’ethnographie constitue une source précieuse. Sur plusieurs continents, une corrélation a pu être établie entre la manière de fabriquer des vases et l’appartenance sociale du potier. La clé de cette concordance semble résider dans le processus d’apprentissage, généralement réalisé au sein du groupe social : l’acquisition des habitudes cognitives et motrices impliquées dans le façonnage des pots est ainsi transmise de génération en génération. Une application expérimentale a pu être tirée pour l’archéologie : pour simplifier, chaque chaîne opératoire de façonnage est assimilée à la « signature » d’un groupe social, dans l’hypothèse d’une production domestique. Les limites de cette approche, basée sur une analogie entre contextes actuels et anciens, sont grandes mais la complémentarité des angles de vue renouvellera sans doute notre conception des sociétés sans écriture.