Les représentations figurées sur les plaques de ceinture « hallstattiennes »

Plaque de ceinture d’Aichstetten (Bade Wurtemberg, Allemagne). Cliché : A. Cannot

Plaque de ceinture d’Aichstetten (Bade Wurtemberg, Allemagne). Cliché : A. Cannot

par Anna Cannot

Les plaques de ceinture en bronze constituent, au premier Âge du Fer, un élément central de la parure funéraire féminine. Ces bijoux utilitaires réalisés en tôle fine martelée puis poinçonnée, se retrouvent à travers toute l’Europe moyenne, avec de fortes concentrations dans l’est de la France, la vallée du Rhin et le sud-ouest de l’Allemagne. Plusieurs centaines d’objets, voire milliers de fragments, sont conservés dans les différents musées européens et n’ont plus fait l’objet d’une étude de synthèse depuis la publication de I. Kilian-Dirlmeier en 1972.

Majoritairement découvertes en contexte funéraire, les plaques de ceinture proposent une grande variété tant dans les formes que dans les représentations ornementales. Elles sont le plus souvent décorées de motifs géométriques variés, et plus rarement présentent des motifs anthropomorphes et zoomorphes caractéristiques de cette période charnière de la fin du Hallstatt. Elles sont donc le reflet d’une identité culturelle commune à l’échelle de l’Europe, tout en présentant une forte dimension individuelle et identitaire à travers leurs décors, qui semblent « personnalisés ».

Plaque de ceinture de Böblingen (Bade Wurtemberg, Allemagne). Cliché : A. Cannot

Plaque de ceinture de Böblingen (Bade Wurtemberg, Allemagne). Cliché : A. Cannot

Les décors s’organisent toujours en registres horizontaux et/ou verticaux, formant parfois ce que décrit I. Kilian-Dirlmeier comme un « style textile ». En effet, les motifs semblent se dérouler sans que les différents registres horizontaux se répondent, à la manière de bandes de tissu que l’on aurait cousues ensemble. Il est d’ailleurs intéressant de comparer ces motifs avec les quelques rares exemples conservés de fragments de tissu, comme ceux découverts dans les tombes de Hochdorf ou d’Apremont.

Plaque de ceinture du dépôt de Fliess (Tirol, Autriche), détail, dessin Sydow, 1995.

Plaque de ceinture du dépôt de Fliess (Tirol, Autriche), détail, dessin Sydow, 1995.

Les figures anthropomorphes sont représentées de manière symétrique : le tronc et la tête sont matérialisés, les bras dirigés vers le ciel et les jambes sont en forme de U, ces dernières sont parfois agrémentées de petits traits perpendiculaires évoquant une sorte de « costume » particulier. Les figures zoomorphes montrent le plus souvent des chevaux (voire des cavaliers).

Bien que ces motifs figurés restent exceptionnels, la récurrence dans leur représentation d’une plaque à l’autre soulève la question de leur interprétation. Peut-être faut-il chercher du côté des représentations bien connues de l’art des situles ? En effet, certaines scènes présentent des similarités avec des plaques de ceinture découvertes plus à l’Est, notamment les exemplaires issus du célèbre dépôt de Fliess (Autriche) ou encore certaines plaques slovènes.