Cartographier l’archéologie : spatialiser la donnée et représenter le terrain.

Alésia_Galliaen noir3b
Carte des structures archéologique du site d’Alésia, fond topographique : analyse de pentes du MNT LiDAR, J. Vidal 2013

Par Jonhattan Vidal

Dans une réflexion sur la représentation,  plusieurs questions se posent à l’archéologue lorsqu’il s’agit de représenter ses données. L’une de celles-ci concerne la représentation cartographique des informations archéologiques. En effet, la discipline implique la prise en compte de la source de donnée, l’ancrage géographique, la répartition, la morphologie du terrain – en somme : les conditions de découverte. Ces éléments sont essentiels à la poursuite de la démarche archéologique post-exhumation. Or, la démarche de recherche sur un site archéologique, en particulier lorsqu’elle s’étend sur plusieurs générations, implique des méthodes évolutives, des moyens d’investigation variés. Comment alors représenter toutes les informations, acquises sur un ou deux siècles de travaux, dans une représentation uniformisée, lisible, exploitable et donc interprétable. A cette problématique s’ajoutent les contraintes liées aux différentes échelles de travail de l’archéologie : de l’objet, à la région du monde. Enfin, se pose la question de la représentation du terrain en deux dimensions.

A l’échelle des objets, d’un point de vue cartographique, l’essentiel consiste à visualiser en postfouille leur répartition au sein du site de découverte. Il s’agit de pouvoir poser une réflexion sur l’agencement laissé par le temps, mais surtout de produire une documentation exploitable par tous, la plus proche de la réalité du terrain. Ainsi, des réflexions sont menées : que représenter ? comment le faire ? Un trio de critères est toujours la base constitutive d’une donnée mobilière : une localisation, une fonction/identification, une chronologie. La cartographie automatique nous permet de produire ce type de documentation assez aisément, encore faut-il savoir quoi montrer, qu’est-il pertinent d’afficher. Un exemple efficace est celui de la représentation des types de mobiliers découverts dans un fossé sur le site de Molesme sur-le-creux (21), les quantités sont exprimées non seulement en poids -ce qui est le plus pertinent d’un point de vue comparatif- mais surtout par rapport au volume de sédiment enlevé (Deweirdt 2010). En effet, il est beaucoup plus juste de rapporter ces proportions plutôt que des chiffres dépourvus du contexte sédimentaire. Un autre exemple sur le même site consiste à proposer une représentation du mobilier basée sur l’association de types d’objets (céramique + faune etc.) afin de chercher à visualiser des activités identifiables grâce à la combinaison des objets rejetés. C’est la même démarche que nous avons mis en œuvre pour représenter les données sur le mobilier verrier d’Alésia (Leblond, Vidal). Il s’agit là de représenter sur une cartographie intelligible, les agencements de types fonctionnels retrouvés, rapportés au nombre de formes identifiées. Plus que le NMI le nombre de formes identifiées est le seul chiffre pertinent pour comparer les gisements entre eux si l’on veut prendre en compte les caractéristiques fonctionnelles.

A l’échelle du site et des structures, le cas d’Alésia constitue un laboratoire méthodologique idéal. Plus de cent cinquante ans d’investigations archéologiques sur le site d’Alésia ont livré une très importante quantité de données à références spatiales. Un travail axé sur l’analyse spatiale des données archéologiques permet de confronter le résultat des recherches dans une perspective globale, afin d’aboutir à une nouvelle cartographie du site, d’étudier ses mutations, et ainsi, révéler sa dynamique d’occupation. Tous types de données y sont disponibles en quantité, des centaines de plans de fouilles allant du XIXème siècle à nos jours –avec à la fois des représentations ayant pour seul but d’évoquer le type de vestige, mais aussi des modes de représentation cherchant à proposer une restitution fidèle de ce qui a été observé dans ses mesures et sa position-, 7 000 clichés aériens, 50 ha de prospections géophysiques, des données de prospections et de découvertes ponctuelles.

La démarche consiste à procéder à un traitement normalisé des données et à les intégrer dans un système d’information géographique. Des modalités de gestion et d’exploitation de données nombreuses et variées sont mises en œuvre. Il s’agit alors de travailler à partir d’une représentation codifiée, qui permet de réaliser une nouvelle documentation de synthèse dont on connaît là la fois la précision, les sources et la validité archéologique (Cazanove, Vidal, Dabas, Carraire 2012). La combinaison des moyens d’investigation permet par exemple de révéler des quartiers du cœur de ville, qui ne figuraient sur aucun document de synthèse. La qualité de restitution autorise un travail de réflexion sur leur statut au sein de l’agglomération, des comparaisons morphologiques avec des secteurs voisins, et des propositions fonctionnelles (Vidal 2010). Dans une ultime étape de travail, concernant l’interprétation archéologique, nous attribuons aux structures fouillées des critères d’identification, des valeurs chronologiques et fonctionnelles, afin de pouvoir procéder à des opérations de cartographie automatique. Sont associés des critères de qualité concernant la précision de la donnée, la validité de la caractérisation et la valeur de l’attribution chronologique. Ainsi, les plans de synthèse que nous produisons ont vocation à s’animer pour intégrer une dynamique chronologique en permettant une réflexion sur le phasage de l’urbanisme. Il s’agit là d’un autre aspect de la représentation cartographique archéologique : intégrer la dimension temporelle .

Enfin, concernant la représentation du terrain, la technique LiDAR qui consiste dans notre cas à relever la morphologie du terrain grâce à un laser aéroporté (Airborne Laser Scanning) permet de réaliser un modèle numérique de terrain (MNT) en distinguant le couvert végétal. Une couverture de ce type récemment acquise sur le site d’Alésia permet de visualiser avec une extrême précision la topographie du site. Mais au-delà, ce relevé permet de déceler des fossiles topographiques témoignages d’activités humaines. Ainsi, il nous permet notamment d’abonder le dossier archéologique sur les fortifications romaines en révélant des empreintes des lignes, mais il est également exploité de manière diachronique afin d’alimenter notre connaissance de l’occupation humaine et son impact sur le paysage du mont Auxois et ses alentours au fil du temps (Vidal à paraître).