La couleur dans l’Antiquité, de l’objet culturel à l’objet d’analyse.

par Damien Vurpillot

Qu’est-ce que la couleur ? La définition moderne se réfère au spectre lumineux que renvoie un objet, et correspond donc essentiellement à une perception tonale. On pourrait penser que cette définition est universelle, à la fois transculturelle et transchronologique. Or tel ne semble pas être le cas. La remise en question permanente propre aux études historiques et archéologiques, ainsi qu’à leurs domaines connexes de plus en plus vastes, interroge avec de plus en plus d’insistance le regard que l’on pose sur les sociétés anciennes. Et en particulier comment les constructions culturelles et sociales modernes, qui déterminent notre perception de l’environnement et sur lesquelles se basent nos interprétations, peuvent diverger de façon considérables avec les réalités antiques.

La couleur offre un exemple éclatant des problèmes liés à une vision culturo-centriste, perceptible de façon résiduelle dans les langues modernes, et de manière bien plus convaincante dans les langues anciennes.

Dans un premier temps nous nous interrogerons sur l’évolution du sens donné aux couleurs dans la langue grecque ancienne. Loin de se cantonner à une description tonale, les termes véhiculent une image sensorielle dont l’intensité et le contenu varie selon les époques et les auteurs. Plus qu’un critère d’analyse de la culture matérielle, la couleur revendique un statut d’objet culturel à part entière. Toutefois le poids symbolique perceptible dans les textes est parfois difficile à mettre en relation avec son application sur les supports matériels.

Dans un second temps nous verrons comment la couleur dans sa définition moderne, c’est-à-dire l’ensemble des tonalités issues du spectre lumineux, peut aussi servir d’outil d’analyse. L’essor récent des neurosciences, et notamment des analyses de l’attention visuelle, offre des perspectives encore peu explorées en archéologie. Dont l’application permet dans certains cas d’éprouver nos interprétations en dépassant les limites imposées par nos a priori culturels.