Sortir du cadre des « sources traditionnelles » pour l’historien : Plate-tombes et gisants au Moyen Âge

 par Guillaume Grillon 

Longtemps l’historien a dû se contenter des sources manuscrites. L’étude des pierres tombales médiévale se place à la croisée de l’histoire, l’histoire de l’art et l’archéologie. La volonté de mener un inventaire exhaustif à l’échelle de la Bourgogne ducale nécessite de résoudre un certain nombre de problèmes liés à la particularité du support.

Premier écueil, les sources médiévales traditionnelles n’abordent pas la question des monuments funéraires. Il faut donc utiliser une documentation moderne et contemporaine, un paradoxe pour une thèse sur le Moyen Âge. À de rares exceptions, les pierres tombales ne sont pas conservées dans des musées, mais dans les églises où ont été enterrés leurs commanditaires. Visiter une par une les 400 églises suspectées nécessite une bonne organisation. Trouver la personne qui détient la clé est souvent plus compliqué que d’exploiter le monument, même si la vocation liturgique du lieu complique beaucoup la tâche de l’historien.

Deuxième écueil, les pierres tombales bien conservées et parfaitement lisibles sont rares. Souvent elles ont disparu lors de travaux de réfections de l’église. Les monuments encore existant ont quant à eux ont été déplacés à plusieurs reprises, au mieux remployés dans des endroits parfois insolites, au pire découpés en morceaux pour boucher les trous dans le pavement. Face à cette disparité de conservation, l’apport des dessins dits d’archéologie est indispensable. À partir du XVIIe siècle, certains érudits se sont attachés pour des raisons très diverses à effectuer des relevés des monuments médiévaux. Malgré la qualité très variable des dessinateurs, notre inventaire ne peut se passer de cette documentation.

Troisième écueil, un monument funéraire même bien conservé n’est pas facile à dater. La date de décès qui figure en bonne place dans l’inscription funéraire ne coïncide pas nécessairement avec la date de réalisation du monument. Comme c’est le cas encore aujourd’hui, le monument peut être commandé avant la mort, réalisé au moment du décès voire même bien après. Le croisement approfondi des données épigraphiques et iconographiques permet une datation assez précise, d’où l’intérêt d’utiliser les dessins.

Au final, l’inventaire des monuments funéraires médiévaux de la Bourgogne ducale nécessite d’exploiter différents types de sources médiévales, modernes et même contemporaines. Et comme tout sujet de thèse, le doctorant se trouve confronté à des problèmes méthodologiques que son intuition et son expérience lui permettent de résoudre.