Représenter l’architecture antique

Planche 5e

Restitution de chapiteaux de placage, Port-sur-Saône, début IIe siècle.
M. Ribolet

L’étude de l’architecture antique peut difficilement se soustraire à la notion de représentation, tant celle-ci est utile et centrale dans les différentes étapes de la recherche. Si dès le départ, le dessin constitue le support de la donnée brute, notamment dans le cas des blocs et décors architecturaux, il devient également un moyen d’étude lorsqu’il s’agit de mettre en relation différents fragments d’un même monument.

La question de la représentation architecturale appelle naturellement celle de la restitution. Rendre à un édifice son apparence originale, telle est bien souvent l’une des problématiques ciblées par le spécialiste. Mais comment restituer les élévations d’un monument quand seuls en subsistent quelques fragments ténus ? Bien sûr, Vitruve et son De Architectura nous fournissent des données précieuses sur les rapports de proportions qui régissent les ordres au sein d’un monument. Mais il s’agit là de modèles théoriques, qu’il est bon de pouvoir confronter avec les réalités observées sur les édifices romains encore en élévation, et ce afin de se rapprocher le plus possible d’une « image pertinente » de l’édifice, pour reprendre les termes de J.-Cl. Golvin,.

Toutefois, la rigueur scientifique nous oblige à ne pas pousser la restitution au-delà des limites qui sont les siennes et à admettre, parfois, qu’elle n’est pas envisageable, faute de données. A ce titre, le cas du monument du Landran à Gissey-sous-Flavigny est tout à fait éloquent.

Le site du Landran, fouillé dès 1966 suite à la découverte fortuite d’une tête de divinité casquée plus grande que nature, fut exploré jusqu’en 1972. Les sept campagnes de fouilles consécutives permirent de mettre en lumière une modeste occupation gallo-romaine composée d’une structure d’habitation, d’un local artisanal, et surtout d’un curieux monument allongé dont l’emprise au sol est de 9,80 x 1,80 m. Et si son massif de fondation en gros appareil, soigneusement ajusté dans une fosse creusée à même le plateau calcaire, est plutôt surprenant, plus encore l’est l’important lapidaire qui lui est associé. Ce sont en effet plusieurs centaines de fragments calcaires qui ont été collectés dans son environnement immédiat, parmi lesquels des décors architecturaux, des éléments statuaires et même quelques rares fragments d’inscription.

L’analyse attentive des fragments lapidaires permet d’établir, sur des critères essentiellement stylistiques, une datation antonino-sévérienne pour l’édification du monument. La question de sa restitution est en revanche beaucoup plus délicate. Certes, un certain nombre de décors sont identifiables. On reconnaît notamment plusieurs morceaux de demi-colonnes à décor de feuilles imbriquées, des pilastres décorés de motifs de rinceaux grimpants, quelques fragments ténus de chapiteaux corinthiens/corinthisants, plusieurs claveaux ornés de décors végétaux (sur l’archivolte et sur l’intrados), ou encore une vingtaine de fragments provenant de petites corniches sculptées. Il reste toutefois difficile de replacer ces blocs de façon cohérente les uns par rapport aux autres. Même si l’image d’un monument en forme d’arc monumental, pourvu d’une baie cintrée, rythmé par des colonnes corinthiennes engagées s’impose assez logiquement à notre esprit, quelques pièces importantes manquent encore pour achever ce puzzle. Ce dernier constat est d’autant plus visible lorsqu’il s’agit de redonner au monument son groupe statuaire, composé au minimum de deux statues monumentales. Ces lacunes nous incitent donc à la plus grande prudence, d’autant qu’aucun parallèle n’est pour l’heure venu fournir d’argument supplémentaire dans la restitution de ce monument, qui s’éloigne visiblement des modèles romains les plus courants.