Représentations du sacrifice en Gaule romaine : autopsie archéozoologique

 Par Laëtitia Huguet

Le sacrifice animal est un acte cultuel symbolique encore perceptible dans certaines communautés religieuses actuelles comme l’Islam, ou lors de la fête hindoue de Gadhimai au Népal.

Sur tout continent et depuis des dizaines de milliers d’années, le sacrifice d’individus animaux ou humains a eu lieu. Souvenons-nous des rituels des sociétés précolombiennes ou bien encore de ceux des Aïnous au Japon. Peut-on généraliser le sacrifice dans sa pensée symbolique et le représenter ? À quoi ressemblait un sacrifice au nord-est de la Gaule en 150 après J.-C. ? En quoi était-il différent du sacrifice grec ou romain ?

Les représentations du sacrifice dans les sociétés antiques sont littéraires ou iconographiques. Grâce à l’autopsie archéozoologique des sanctuaires, il se peut que le regard change sur des pratiques qui se situent à un carrefour entre croyances indigènes et rituels romanisés. L’archéologie du sacrifice est toute jeune et née à Gournay-sur-Aronde grâce aux travaux avant-gardistes de Patrice Méniel. Depuis, de nombreux historiens et archéozoologues, main dans la main, essaient de comprendre et de représenter objectivement cet acte du culte si symbolique et important pour ces populations ritualisées.

L’étude archéozoologique des lieux de culte nous a permis de mieux comprendre les codes cultuels. Ainsi, l’étude inédite du sanctuaire du « Champs des Fougères » à Epomanduodurum (Mandeure-Mathay, 25) permet de repenser le sacrifice et la fonction de ces édifices cultuels que sont les sanctuaires. Celui de Mandeure nous apparait comme une boucherie industrielle où l’on pratique la découpe primaire de boucherie avant d’acheminer les quartiers de viande vers d’autres lieux de l’agglomération comme dans les cuisines de sanctuaires, à proximité du théâtre ou dans les quartiers artisanaux, dans des fumoirs, pour les conserves de viande.

Par la connaissance des gestes, des édifices et de l’organisation des centres des villes, il est possible d’envisager également la présence d’autres édifices directement en lien avec ceux déjà découverts. Sans la connaissance de ce mode de pensée symbolique, sans percevoir et repenser les gestes du victimaire puis du boucher, il nous est impossible de nous approcher au plus près de ce mode cognitif antique et de toute forme de religiosité, ce qui rend la représentation du sacrifice très difficile.