Construction iconographique et vision sociétale : équilibre entre autorité royale et pouvoir épiscopal dans le domaine capétien au XIIe siècle.

Paris cathedrale Notre-Dame

Paris, cathédrale Notre-Dame, portail Sainte-Anne, tympan et linteau supérieur (cliché M. BEAUD, 2011)

Par Matthieu Beaud

Le concept de « représentation » doit être manipulé, en histoire de l’art, avec la plus grande précaution, aussi bien pour la lecture des signes iconographiques composant le champ figuratif que pour envisager l’image comme un témoignage sur la société à étudier. Le thème des Mages, et plus précisément, celui de l’Adoration des Mages, comme toute variation iconographique mariale, s’insère dans une pensée ecclésiologique. La proposition iconographique de sujets évangéliques agrégatifs est, à la fois, un regard porté sur le passé (l’histoire évangélique), sur le temps présent (l’histoire évangélique dans sa valeur tropologique) et sur une réalité céleste (nécessairement construite sur une réalité sensible). Dans ces conditions, comment l’iconographie des Rois mages peut-elle « (re)présenter » le corps social médiéval ? Le thème porté aux grandes façades gothiques élevées dans le domaine royal capétien et ses cités satellites au XIIe siècle permet d’envisager ces problématiques liées au statut royal des Mages. En effet, les mouvances intellectuelles contemporaines sur l’incarnation étatique du royaume (ou de l’Église franque) autour de la persona royale, idéal christique, s’opèrent dans un processus de confusion entre paix du royaume et Paix du Christ. Or, ce discours ecclésiologique porté par l’Épiphanie mute sensiblement si l’image présente un désir d’union idéale entre royauté et épiscopat, à la périphérie du royaume (Bourges, Laon, Germigny-l’Exempt) ou, au contraire, propose une construction iconographique plus polémique, forgée au sein des luttes seigneuriales entre les deux mêmes partis au cœur du domaine royal (portail Sainte-Anne de Notre-Dame de Paris). Ainsi, l’idée de « représentation » de la société par l’image est réductrice en ces termes. Ces tympans ne sont pas des documents ad quem, résumant les courants de pensée d’une époque. S’ils les figent au moment de leur production, ils n’en donnent qu’une version. En cela, l’image devient elle-même un support à la pensée qui participe aux mutations sociales et, parfois, les préfigurent (la vision idéale des tympans de Bourges et de Laon, par exemple, ne se fonde sur aucune réalité concrète). Considérons donc, enfin, l’image dans sa valeur « prospective » et sa possible réactivation, après sa production, qui demande à l’étudier dans l’épaisseur du temps.