Classer, interroger, représenter : réflexions sur une base de données iconographiques.

Phénix-Conque absidale de S. Prassede-Rome-IXe siècle

Phénix-Conque, absidale de S. Prassede-Rome. IXe siècle

Par Raphaël Demes

Autour du thème de la “représentation”, il s’agissait de présenter et surtout de réfléchir sur un outil de recherches doctorales à savoir une base de données iconographique permettant de classer, d’interroger ainsi que de prendre un certain recul sur les exemples recueillis. Ces derniers sont constitués d’images, de représentations du paon et du phénix entre le IVe et le XIIe siècle autour du Bassin Méditerranéen. Pour cette thèse, il est nécessaire de mettre au point un corpus dynamique permettant de dépasser la simple accumulation d’exemples puisque l’outil informatique nous invite à reconsidérer les catalogues de données. Ainsi, grâce à une succession de classements, nous avons délimité progressivement les champs à retenir, le mode de saisie et d’interrogation de données normalisées grâce à un logiciel spécifique permettant de lier les images aux textes sous formes de fiches pour chaque exemple. Un certain nombre de rubriques ou de cases ont pu être choisies pour analyser, décortiquer chaque image selon une grille de lecture divisée en quatre parties en dissociant ce qui relève du sujet ou de l’objet. L’intérêt d’un tel logiciel se trouve dans le croisement et la mise en réseau des informations recueillies puisqu’à partir d’observations singulières, des liens se tissent au sein d’une composition mais aussi entre les exemples par un système d’analogies, de correspondances et de dynamiques particulèrement décisives dans la structure de ces images. Chaque exemple est ainsi appréhendé dans un contexte spatial, culturel et iconographique, mis en correspondance, référencé et situé au niveau bibliographique afin de parvenir à une certaine exhaustivité des informations.

??????????????????????

Fragment de barrière de chœur, S. Maria in Trastevere, Rome, VIe-VIIIe siècle

La question de la représentation a ainsi été étudiée tout d’abord par le biais d’indices, d’éléments visuels permettant d’identifier un paon ou un phénix au sein d’un ensemble dont la signification est souvent centrée autour du triomphe sur la mort et sur le temps en accentuant le thème de la renaissance et de la cyclicité gravitant autour de ces oiseaux. “Présenter”, “représenter” s’imposent comme des axes clés au sein de cette base puisqu’outre la recherche classique des informations, le traitement graphique des données ou encore la géolocalisation d’exemples peuvent nous apporter un certain recul sur la pratique de nos recherches. L’iconographie médiévale possède enfin une certaine dynamique, une variabilité qu’il faut prendre en compte au sein de ce corpus loin d’être figé malgré la rigueur de sa structure et à même d’évoluer pour parfaire l’appréhension de ces exemples.