Quels outils pour appréhender l’évolution de la vaisselle en verre médiévale ? Le croisement des données typo-chronologiques et archéométriques

 

par Inès Pactat

Atelier de verrier, Manuscrit des voyages de Sir John Mandeville, XIVe siècle.

Atelier de verrier, Manuscrit des voyages de Sir John Mandeville, XIVe siècle.

Le haut Moyen Âge est une période charnière dans l’évolution de l’artisanat du verre préindustriel. Le système de production qui prévaut pendant l’Antiquité fait intervenir deux types d’ateliers : les ateliers primaires et les ateliers secondaires. Les premiers, reconnus exclusivement en Égypte et sur la côte syro-palestinienne, fabriquent une matière brute à partir de sable et de natron, un minéral sodique principalement – voire exclusivement – issu des gisements égyptiens. Le verre ainsi formé est ensuite exporté dans tout l’Empire romain sous forme de lingots ou de blocs. Des officines secondaires, installées de préférence à proximité des consommateurs, en périphérie des agglomérations, se chargent de refondre et mettre en forme le verre. Pour des raisons que l’on ignore encore – climatiques, économiques ou politiques ? –, l’exportation de verre brut cesse peu à peu au cours du haut Moyen Âge. Pour pallier cette pénurie, les artisans verriers occidentaux doivent adapter leurs structures et leurs méthodes de fabrication afin d’assurer la totalité de la chaîne opératoire. Les sources archéologiques et historiques attestent le fonctionnement d’ateliers complets au Moyen Âge qui privilégient cette fois-ci l’approvisionnement en matières premières et en combustible.

Cette évolution majeure de l’artisanat du verre est principalement perceptible par le changement de composition du matériau : au verre sodique au natron succèdent des verres aux cendres – potassiques en Europe continentale et sodiques sur le pourtour méditerranéen. Des analyses physico-chimiques sont donc nécessaires afin de déterminer la nature et l’origine des ingrédients de base et des additifs (colorants, décolorants et opacifiants). Une telle étude ne peut être menée que sur du mobilier bien daté et contextualisé pour pouvoir caractériser et suivre les diverses mutations technologiques qui semblent s’opérer entre le VIIIe et le XIe siècle, en Orient comme en Occident. En considérant le mobilier découvert sur le territoire français actuel, nous nous heurtons cependant à plusieurs difficultés, dues en particulier à l’absence de travaux de synthèse récents à l’échelle nationale ou régionale. De ce fait, le verre demeure peu étudié et sous-représenté dans la documentation scientifique, malgré un renouvellement des données grâce à de récentes recherches sur la période alto-médiévale.

Fiole à eau bénite ou à saint chrême, abbaye Saint-Pierre, Baume-les-Messieurs, XIIIe siècle.

Fiole à eau bénite ou à saint chrême, abbaye Saint-Pierre, Baume-les-Messieurs, XIIIe siècle.

La construction d’une typo-chronologie du verre creux de cette période est donc apparue comme nécessaire et inévitable. Le matériau ne pouvant être daté par datation absolue, on utilise son contexte de découverte comme référence, avec les limites que cette méthode implique. En effet, on ne peut dater que l’abandon ou le dépôt de l’objet, et non sa fabrication ou son utilisation, sauf cas exceptionnel. La datation du contexte de découverte repose sur celle du mobilier associé, généralement la céramique. Or, à l’instar du verre, l’évolution des formes céramiques est toujours mal définie pour la période comprise entre le VIIIe et le XIe siècle. La considération du mobilier funéraire, généralement privilégié pour les typo-chronologies puisque mieux préservé et issu d’ensembles clos, n’est pas non plus possible pour cette période. Au cours du VIIIe siècle, les dépôts se raréfient, jusqu’à disparaître complètement. Tout comme les parures, les armes ou les céramiques, les récipients en verre, jugés trop ostentatoires, sont bannis des tombes suite au Concile de Reims en 803. Cette pratique réapparaît peu à peu à partir du XIe siècle, mais cette fois-ci davantage orientée vers des rituels liturgiques. Il n’est alors plus question de marquer le rang social du défunt, mais plutôt de l’accompagner dans son voyage dans l’au-delà en déposants dans la sépulture des fioles d’eau bénite, des calices évoquant le vase eucharistique ou des lampes.

La datation du mobilier en verre demeure donc largement tributaire de la qualité du contexte de découverte. En privilégiant les ensembles clos de type fosse-dépotoir, on peut s’affranchir des risques de perturbation ultérieure. Le recours aux sources iconographiques ou écrites permet parfois de dater l’utilisation d’un type de verre particulier, et non plus son abandon. Tel est le cas des ampoules à long col, découvertes dans des contextes archéologiques datés des XIIe-XIIIe siècles, mais qui figurent dans une scène de banquet dans la Bible de Saint-Pierre de Rodes, exécutée au XIe siècle.

Une fois le mobilier daté, la réalisation d’analyses physico-chimiques est possible. Elles permettent de déterminer la recette de fabrication en qualifiant et quantifiant les composants majeurs et mineurs du verre, ainsi que les éléments traces qui constituent une sorte de signature chimique propre à chaque ingrédient.

L’évolution de la composition du matériau étant connue dans les grandes lignes, avec notamment le passage du verre sodique au verre potassique, on pourrait utiliser l’archéométrie comme moyen de datation. Mais cette méthode a également ses limites et ne peut être préférée à la datation du contexte de découverte que si cette dernière est sujette à controverse. En effet, une recette de fabrication n’est pas forcément caractéristique d’une période donnée. On voit ainsi l’utilisation de verre sodique au natron se perpétuer au cours du Moyen Âge, notamment pour la production des vitraux dits bleus de Chartres au XIIIe siècle. On assiste également au chevauchement de différentes recettes, à base de soude minérale ou végétale, de potasse ou même de plomb. Enfin, le recyclage du verre, pratique reconnue dès l’Antiquité, peut fausser les résultats et limiter l’interprétation des données en empêchant de déterminer la composition initiale du matériau refondu.

Ainsi, seul le croisement des données archéométriques et typo-chronologiques peut permettre d’avancer dans l’étude du verre pour cette période particulière à la charnière de l’Antiquité et du Moyen Âge classique. La contextualisation des données de référence s’avère essentielle, qu’elle soit chronologique, géographique ou sociale afin d’appréhender au mieux l’économie du verre dans son ensemble.