La sculpture sur pierre gallo-romaine, datations relatives et absolues

Stèle de Natalis et Regtilla provenant de la nécropole des Bolards (Nuits-Saint-Georges). Calcaire oolitique. 1,62 ; 0,74 ; 0,18. Musée de Nuits-Saint-Georges, num. D'inventaire 93.2.62. cl. P.-A. Lamy

Stèle de Natalis et Regtilla provenant de la nécropole des Bolards (Nuits-Saint-Georges). Calcaire oolitique. 1,62 ; 0,74 ; 0,18. Musée de Nuits-Saint-Georges, num. D’inventaire 93.2.62. cl. P.-A. Lamy

Par Pierre-Antoine Lamy

La sculpture en pierre gallo-romaine se caractérise par une grande disparité des styles et des approches iconographiques, rendant malaisée la datation. Le critère stylistique demeure le plus usité, essentiellement pour des œuvres correspondant à l’iconographie gréco-romaine ou à des types de sculptures bien connus et datés (copies des rondes-bosses grecques, reliefs honorifiques, portraits impériaux etc.). L’objectif de cette communication est de faire un état des lieux des observations permettant de dater une sculpture gallo-romaine ou, le cas échéant, d’en affiner la datation. Nous séparons, pour les besoins de la présentation, les méthodes de datation absolue de celles de datation relative.

Au premier titre des datations absolues intervient l’épigraphie, applicable essentiellement pour le territoire éduen à la sculpture funéraire. Les formules dédicatoires peuvent en effet être circonscrites dans le temps, comme la dédicace aux « dieux Mânes », divinités symbolisant les esprits des morts, qui apparaît au règne d’Auguste et se généralise sous Claude. Au IIe s. de notre ère, l’invocation se fait sous la forme Diis Manibus sacrum, abrégée en D M S. Dans certains cas, les habitudes graphiques du lapicide peuvent renvoyer à des usages connus et datés. Les noms des défunts peuvent également constituer un critère de datation fiable. En plus des cognomen qui suivent souvent leur temps, les gentilices peuvent rappeler une adoption ou l’octroi de la citoyenneté romaine par un personnage prestigieux. Le cas le plus célèbre est celui de Jules César qui par ce procédé faisait rentrer les élites gauloises dans la romanité tout en élargissant la gens Iulia. Par la suite, nombre d’empereurs feront de même (Claudiens, Flaviens et Antonins particulièrement). Cependant, l’information donnée par le nom de famille ne permet que d’établir un terminus post quem.

Autre élément de datation absolue, le contexte archéologique, lorsqu’il est renseigné, permet à la fois de replacer l’objet dans son cadre d’usage ou, le plus souvent, de rejet, et peut donner un cadre chronologique grâce à la stratigraphie ou au mobilier associé. L’information archéologique peut aussi être invoquée dans l’étude du matériau lorsque celui-ci peut être associé à une exploitation elle-même datée. Le seul cas bourguignon est celui de la carrière de Saint-Boil où fut aménagé dans la deuxième moitié du IIe s. ap. J.-C. Un atelier de sculpture sur pierre. Malheureusement, hormis les fragments découverts in situ, il n’est pas à l’heure actuelle possible d’observer la répartition de la production de cet atelier.

L’utilisation d’outils spécifiques permet parfois de circonscrire dans le temps l’objet réalisé, et ce par terminus post quem comme par terminus ante quem. Prenons le cas de la ripe, qui permet d’égaliser les aspérités laissées par les autres instruments. On distingue la ripe à dents triangulaires de celle à dents rectangulaires, ici représentée et la plus courante. Sur les œuvres d’époque romaine, elle sert particulièrement à aplanir les fonds difficilement accessibles aux autres outils. À partir du Bas-Empire, les reliefs et les sculptures ne portent plus de traces de ripe. Il semblerait que cet instrument ait été totalement remplacé par des abrasifs et par la râpe, dont les traces se confondent facilement avec celles de la ripe. Cependant, il faut reconnaître la permanence de l’outillage du sculpteur de l’Antiquité à nos jours, ce qui fait que seuls de rares outils permettent d’obtenir une information datante. Enfin, La superposition des traces reste rarement observable mais permet d’établir une chronologie relative de l’action du sculpteur.

Intervient ensuite l’analyse stylistique, et notamment la reconnaissance des copies et des influences. L’art gallo-romain, et en particulier la statuaire, tente parfois de reproduire des modèles hérités de l’art grec. Cela peut se traduire par des assemblages plus ou moins adroits de styles et d’iconographies divers. L’information de datation ne donne cependant qu’un terminus post quem, souvent trop éloigné dans le temps et donc non utilisable.

Comme pour les critères de style, l’iconographie peut fournir des éléments de datations à condition de posséder des comparanda eux-mêmes datés. La mode, féminine comme masculine, évoluant au cours des empereurs et des dynasties, il n’est pas rare de voir des provinciaux imiter les coiffes de l’impératrice ou l’agencement de la barbe de l’empereur. Cela vaut essentiellement pour la statuaire funéraire : les représentations divines en pierre semblent moins soumises aux variations de la toilette. Ceci peut s’expliquer par le fait que le simulacrum donne une vision d’intemporalité puisqu’il est issu d’éléments d’iconographie parfois séculaires.

1Passés ces quelques critères de datation absolue, il convient d’examiner les éléments de datation relative. Premièrement, il faut considérer l’entité qu’est l’atelier. En matière de représentation humaine, les sculpteurs gallo-romains peuvent trahir l’organisation hiérarchique de leur atelier et/ou une chronologie relative des figurations. Dimensions, découpe, plastique, composition et détails anatomiques peuvent présenter des similitudes sur des œuvres réalisées par un atelier local. Les différences se lisent le plus souvent dans la finition : paupières, modelé des lèvres et des cheveux. S’agit-il alors de la marque d’un système d’apprentissage ou de l’évolution du talent d’un sculpteur unique ?

La proximité du style d’exécution entre plusieurs objets peut en effet dévoiler une seule et même main. Le corpus ainsi réuni se situe alors dans un arc chronologique compris entre la stricte contemporanéité et le temps d’une génération, soit entre 20 et 30 ans. La découverte d’objets analogues à une distance importante doit poser la question du déplacement de l’objet ou du sculpteur. Dans certains cas, comme aux Sources de la Seine (Côte-d’Or) et au sanctuaire d’Apollon Moritasgus, à Alésia, on peut émettre l’hypothèse d’un sculpteur spécialisé dans la statuaire votive se déplaçant d’un sanctuaire à l’autre.

Il n’est cependant pas toujours possible de reconnaître une même main. En revanche les rapprochements iconographiques, parfois opérables sur une zone géographique réduite, peuvent être porteurs d’informations. Ainsi le site d’Alésia a livré une série de bustes et de têtes du « dieu aux oiseaux ». On peut reconnaître une composition semblable, exclusive au site. Dans ce cas, le facteur chronologique se confond avec le contexte de réalisation. Seules les données de fouilles permettent alors d’ancrer l’objet dans le temps. Malgré cela, les comparanda ne bénéficient pas automatiquement de ces jalons chronologiques.