Dater les ensembles « clos » de la nécropole de Vatteville-la-Rue « Les Landes » (76) : une gageure.

 

par M. Gadacz

L’objectif de la présentation du 16 octobre 2013 dans le cadre du séminaire Dokima a été d’aborder la thématique de la « Chronologie » selon la perspective de la notion d’ « ensemble clos » utilisée dans le cadre de la datation d’une nécropole gallo-romaine normande, celle de Vatteville-la-Rue « Les Landes », constituant notre sujet de thèse.

 

Cette question de la datation est primordiale en archéologie, discipline dont les questionnements relèvent de la palethnologie. Dans le cadre de l’étude de la nécropole de Vatteville-la-Rue, les enjeux principaux portent essentiellement sur la caractérisation et l’évolution des pratiques funéraires observables dans le cimetière au cours du temps.

 

L’ensemble des vestiges disponibles, quelquesoit leur nature, peut être amené à être pris en considération en terme de datation, car ces vestiges sont d’une part porteurs d’informations intrinsèques liées à leur forme, éventuellement leur matière etc… d’autre part d’informations que l’on pourrait qualifier d’extrinsèques, puisque liées aux contextes dans lesquels ces vestiges ont été trouvés. A ce titre, on se permettra de citer Jacques Boucher de Perthes, l’un des premiers à avoir souligné l’importance du contexte en archéologie :

 

« Ce n’est pas seulement la forme et la matière de l’objet qui servent à établir sa haute antiquité … C’est encore la place où il est ; c’est la distance de la surface ; c’est aussi celle des couches superposées et des débris qui les composent ; c’est enfin la certitude que là est son sol originel, la terre qu’a foulée l’ouvrier qui l’a fabriqué »

 

Boucher de Perthes, Antiquités antédiluviennes (1847, 1, p. 36).

 

Pour Vatteville, le choix de la méthode s’est porté sur une approche traditionnelle de datation relative à partir du mobilier (urnes et mobilier d’accompagnement), moins coûteuse mais efficace car permettant de couvrir l’ensemble des vestiges trouvés. Il s’agit d’une approche du temps que l’on peut qualifier de « discrète » et « périodique », mais qui devrait pouvoir mettre en lumière les « ruptures » dans les pratiques. L’ancrage de cette datation relative des vestiges au sein d’une chronologie continue et calendaire demeure théoriquement possible en ayant recours ponctuellement à des datations absolues (charbons, os brûlés avec toutes les réserves que ces supports impliquent), s’il s’avère que cet ancrage devienne nécessaire au cours de notre recherche.

 

 

Le recours à l’objet comme élément de datation est a priori probant. En effet, il est possible de considérer les objets comme étant des vecteurs de données. En terme de datation, force est de constater que les objets, par leur technique de réalisation (par exemple, les sigillées trouvées dans la partie nord de la nécropole), leur matériau (les verreries), le fait qu’ils soient soumis aux aléas des modes (certains éléments de décor sur les urnes) sont porteurs d’information chronologique. Certains d’entre eux arborent même cette information de manière explicite (les monnaies par exemple). Là encore il convient de faire attention au contexte et aux associations (exemple d’une sépulture ayant livré un domitien très usé, sépulture à dater d’après l’assemblage de poteries en céramique du deuxième voire du troisième quart du IIème siècle).

 

Néanmoins, cette approche amène quelques difficultés. Tout d’abord, la précision des datations n’est pas la même en fonction des assemblages. Certains assemblages permettent de donner une fourchette chronologique de l’ordre de 25 ans (donc d’une génération, échelle qui devient suffisamment précise pour percevoir l’évolution des pratiques funéraires), d’autres d’un siècle voire deux. Ensuite, il faut se rendre compte que cette méthode présente un biais : les objets sont certes porteurs d’information chronologique, mais le plus souvent de manière indirecte. Ils sont surtout porteurs d’informations techniques et culturelles. Enfin, pour le site de Vatteville, la difficulté principale réside dans le manque d’informations relatives à la stratigraphie verticale comme horizontale du site, trouvé en milieu forestier, dans un contexte sédimentaire pas du tout discriminant. Autrement dit, les ensembles étudiés ne sont pas forcément à proprement parler des ensembles clos. A dire vrai, pour Vatteville, nous sommes obligés d’aborder le problème à l’envers : c’est la datation des ensembles qui va aider à délimiter les ensembles clos.

 

Cette difficulté, quoique majeure, n’est pas pour autant un frein à l’étude. Il est étonnant de constater combien la notion d’ensemble clos a été peu formalisée en archéologie, et finalement peu respectée dans son sens strict. Après être revenue sur la définition du concept d’après Oscar Montélius (1900), Jens Worsaae (1843), François Djindjian (2011) et Henrik Thrane (2008), l’objectif de la présentation a été de démontrer que pour Vatteville, étant dans une situation de méthode inversée, l’observation fine de la taphonomie était essentielle, surtout dans des cas de recoupements des sépultures (recoupements ne pouvant pas être observés de manière stratigraphique).

 

Plus intéressant encore, en se penchant sur cette notion d’ensemble clos, nous nous sommes rendues compte que bien que la sépulture constitue l’exemple-type cité pour expliquer la notion (un exemple qui fait d’ailleurs très souvent office de définition), en réalité, le fait sépulcral constitue très souvent un très mauvais exemple d’ensemble clos, puisque les ensembles sépulcraux ont le plus souvent vocation à être remaniés (réouverture pour accueillir un nouveau défunt, pillage etc). En définitive, l’existence de véritables ensembles clos en archéologie serait plutôt marginale et plutôt à lier, par exemple, à des évènements de type catastrophes (éruption du Vésuve et « cristallisation » de la ville de Pompéi dans le temps).

 

En conclusion, aborder le problème de la chronologie en archéologie est avant tout un problème de formalisation de cette chronologie. A ce titre, dans n’importe quel travail d’archéologie, il est absolument nécessaire d’expliciter les méthodes utilisées et de fournir tous les éléments nécessaires pour permettre au lecteur de jauger de la fiabilité de cette formalisation d’une part, d’autre part pour lui permettre de savoir si cette formalisation choisie est compatible avec d’autres formalisations. En effet, si le problème de la corrélation des grandes chronologies européennes fait toujours couler beaucoup d’encre, c’est probablement en grande partie parce que ces chronologies n’ont pas été établies à partir des mêmes outils : certaines se fondent davantage sur des fossiles directeurs, d’autres sur des assemblages etc. Par ailleurs, comme Bruno Desachy le souligne bien (2012), l’archéologue est en prise avec ce qu’il nomme « plusieurs aspects du temps », bien qu’il n’en ait pas forcément toujours conscience : le temps « relatif à la stratigraphie », l’ancrage dans le temps absolu (continu et calendaire), celui des « séries chronologiques » et enfin le temps des ethnologues, « technique » et « culturel ».

 

Bibliographie succincte

 

 

BOUCHER DE PERTHES, J. (1847) – Antiquités antédiluviennes, 1, p. 36.

 

DESACHY, B. (2012) – Formaliser le raisonnement chronologique et son incertitude en archéologie de terrain, Cybergeo : European Journal of Geography [en ligne], Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, article 597, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 27 septembre 2012.

 

DJINDJIAN, F. (2011) – Manuel d’archéologie : méthodes, objets et concepts, 592 p (partie 2.2).

 

MONTELIUS, O. (1900) – Die Chronologie der ältesten Bronzezeit, non paginé.

 

THRANE, H. (2008) – The Relevance of the Concept of the Closed Find in Chronology and other Archaological Analyses, in Anne LEHOËRF dir., Construire le Temps, Histoire et méthodes des chronologies et calendriers des derniers millénaires avant notre ère en Europe occidentale, Actes du XXXè colloque international HALMA-IPEL, 7-9 décembre 2006, Bibracte, 16, p. 51-56.

 

WORSAAE, J. (1843) – Danmarks Oldtid oplyst ved Oldsager og Gravhøje, p. 60.