Appel à participation – Anticiper et gérer, de la Préhistoire au Moyen Âge

Lieu : Université de Bourgogne, Dijon

Date : 17-18 juin 2019

 

Se projeter dans l’avenir et élaborer des stratégies sont des processus qui se manifestent dès les périodes anciennes afin de pourvoir aux éventuelles difficultés politiques, économiques, sociales et environnementales. Les réflexions sur la conception de l’anticipation et ses différentes formes dans les sociétés anciennes, déjà entamées par la communauté scientifique, se multiplient depuis les années 2000, avec notamment pour l’Occident romain en 2013 le colloque Gérer les territoires, les patrimoines et les crises[1], ou bien avec le regain des études sur les catastrophes naturelles au Moyen Âge[2]. Ces dynamiques, issues des problématiques de nos sociétés contemporaines liées à l’anticipation et à la gestion, sont omniprésentes car liées à l’économie, à la politique ou aux évolutions climatiques. Elles conduisent ainsi les chercheurs à s’interroger sur les manières dont les civilisations qui nous ont précédées ont pu faire face à de tels questionnements.

En effet, les contextes archéologiques et historiques dans lesquels tous ces paramètres entrent en jeu permettent d’appréhender les liens tissés entre les notions d’anticipation et de gestion, depuis la Préhistoire jusqu’à la fin du Moyen Âge. La maîtrise des événements repose donc sur la conscience des risques ou sur un empirisme fondé sur les crises déjà constatées. C’est ce modèle préventif qu’incarne le couple anticipation-gestion qui doit être appréhendé de manière pluridisciplinaire et sur le temps long. Aussi les sources sur les phénomènes d’anticipation soulèvent-elles également des questions de fiabilité historique, et en cela, une réflexion philologique sur la question de l’anticipation serait également un apport intéressant.

Cette réflexion a ainsi l’ambition de favoriser et d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherches rapprochant les historiens, les historiens de l’art les archéologues, ainsi que les philologues et les spécialistes d’archéo-géosciences, dans le cadre chronologique couvert par l’UMR 6298 ARTEHIS de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Plusieurs interrogations peuvent ainsi être prises en compte. Il s’agit d’interroger la conception de l’anticipation durant ces périodes, et ses différentes manifestations : quelle était la capacité d’anticipation de ces sociétés, et quels en étaient les acteurs, les moyens et les instruments ? Comment les situations de vulnérabilité étaient-elles perçues ? Quelle part l’anticipation tenait-elle dans les prises de décision, qu’elles fussent individuelles ou collectives ? De quelle manière gérait-on les situations inéluctables, telles que la vieillesse et la mort ? Quelle marge de manœuvre était disponible à l’échelle individuelle ou collective pour prévenir un aléa similaire ? A-t-on la possibilité de déceler, archéologiquement, historiquement ou anthropologiquement, l’évolution de mesures préventives pour faire face à une situation répétitive ?

Face à l’ampleur des sujets qui peuvent intégrer ces réflexions, les journées d’études de Dokima s’articuleront autour de quatre axes :

 

  1. Anticiper et gérer dans l’économie

La question conjointe de l’anticipation et de la gestion peut être envisagée dans la sphère économique, c’est- à-dire dans le champ de la production, de la diffusion et de la consommation de richesses. L’artisanat et le commerce sont alors deux axes privilégiés. Les adaptations d’une chaîne opératoire aux risques auxquels un artisan prévient ou répond constituent des formes essentielles de l’anticipation du quotidien. Ces thèmes englobent en effet l’acquisition de la matière première, la mise en forme et enfin les éventuelles retouches et réparations. La gestion de l’espace, des mobilités et des échanges relève aussi de modalités de l’anticipation, il convient donc de les envisager.

 

  1. De la vulnérabilité à la crise

L’ensemble des sociétés est soumis à diverses formes de vulnérabilités, qu’elles soient conjoncturelles ou structurelles. Face à celles-ci, l’anticipation et la gestion sont les principaux instruments dont elles disposent pour les atténuer et ainsi prévenir certaines situations de crise. Ces processus gagnent ainsi à être interrogés dans cette perspective de la prévention : quels en étaient les modes de gestion et d’anticipation ? Comment les sociétés anciennes s’organisaient-elles face à des aléas ? Dans quelle mesure la diversité des crises (politiques, sociales, économiques, environnementales) conduisait-elle à une multiplicité des modes de gestion et d’anticipation ? Comment ces modes évoluaient-ils dans le temps et l’espace ?

 

  1. Anticiper et gérer l’inéluctable : la mort

Les manières dont les membres d’une société anticipent le moment de la mort et réagissent à celle-ci constituent une composante culturelle forte. Trois temporalités existent dans ce processus. Il est tout d’abord possible d’anticiper le décès en prenant des dispositions préalables afin de maintenir un lien matériel ou spirituel avec le monde des vivants (rédaction d’un testament, érection d’un monument, formules épigraphiques, par exemple). Le trépas pose ensuite la question de la gestion du corps, à la fois d’un point de vue sanitaire et symbolique. Enfin, après l’inhumation, les restes du défunt peuvent encore être sollicités, que ce soit pour des raisons pratiques, à l’occasion d’événements sociaux ou symboliques, ou bien au moment de leur redécouverte par les archéologues.

 

  1. Anticipation et gestion des archives écrites et du sol

Les chercheurs travaillant sur les périodes anciennes s’interrogent sur les matériaux qu’ils exploitent et étudient, qu’il s’agisse de données archéologiques (mobiliers et immobiliers), de manuscrits, de sceaux ou d’archives. Dans cette perspective les problématiques de l’anticipation et de la gestion ne sont pas absentes : l’inventaire, le tri, le classement, la restauration ou stabilisation, le conditionnement, l’environnement de conservation ou l’élimination sont autant de thèmes qui peuvent être abordés. Cette accumulation de données constitue un autre point de réflexion et mène les chercheurs à s’interroger sur leur traitement, leur gestion, leur exploitation et leur diffusion, via par exemple la constitution de bases de données ou le développement d’outils de traitement numérique et/ou statistique.

 

Organisateurs : David Bardey, Aurore Drouhin, Léonard Dumont, Marie-Anaïs Janin, Anaïs Lachambre, Geoffroy Montagné, Cyprien Mureau, Tanguy Rolland

 

Modalités de l’appel

Date limite de remise des titres et propositions d’intervention le 24 février 2019, à adresser par courriel à : dokima.ub@gmail.com.

Les propositions de communication comprendront un texte de 400 mots maximum, incluant le titre, le résumé et l’axe de rattachement, ainsi qu’un CV, seront étudiées par un comité scientifique constitué de professeurs et chercheurs de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté et les réponses seront données au plus tard au début du mois de mars 2019.

Les communications des journées d’études feront l’objet d’une publication : aussi les participants seront-ils invités à nous joindre après lesdites journées leur article dont les modalités leur seront précisées ultérieurement.

Les organisateurs assureront les frais de bouche des déjeuners des 17 et du 18 juin ainsi que du dîner du 17 juin, tandis que les frais de transport ainsi que ceux d’hébergement seront à charge des participants.

 

[1] Berrendonner Clara, Cébeillac-Gervasoni Mireille, Lamoine Lamoine (éds.), Gérer les territoires, les patrimoines et lescrises. Le Quotidien municipal II, actes du colloque international tenu à la Maison des sciences de l’homme, Clermont-Ferrand, 20- 22 octobre 2011, Clermont-Ferrand, 2013, 637 p. 


[2] Jouanna Jacques, Leclant Jean, Zink Michel (éds.), L’homme face aux calamités naturelles dans l’Antiquité et au Moyen Âge : actes du 16e colloque de la villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer, les 14 et 15 octobre 2005, Paris, 2006, 293 p. ; plus récemment encore Labbé Thomas, Les catastrophes naturelles au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle), Paris, 2017, 352 p. 


 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.