La chronologie des maisons médiévales de Flavigny-sur-Ozerain

par Antoine Lacaille

« Flavigny est encore aujourd’hui à peu près conservée telle que le XVe siècle nous l’a laissé » indique Eugène Viollet le Duc dans l’une de ses correspondances. Une simple phrase qui incite aujourd’hui à vérifier l’état des lieux sur place. La question des datations des maisons flavigniennes – déjà brièvement traitée dans les années 1980 – permet d’appréhender plusieurs phénomènes tels que le développement spatial du bourg ou les superpositions chronologiques du bâti. Ce type de recherche relève de l’archéologie du bâti : elle demande l’observation, la caractérisation et la mise en relation des structures considérées voire l’étude plus approfondie en laboratoire. La possibilité de dater dépend en grande partie de l’accessibilité des éléments architecturaux, de leur état de conservation et de leur potentiel en éléments datant.

Il faut bien garder à l’esprit que chaque maison médiévale identifiée ne conserve que des fragments plus ou moins conséquents de cette époque au milieu de reprises postérieures plus ou moins nombreuses. Le constat est sans appel : aucune demeure médiévale n’est conservée dans son intégralité, sans transformations et/ou ajouts. De fait le travail de l’archéologue du bâti consiste à dater séparément les différentes phases de construction correspondant aux différents états et fonctions de la maison.

Plusieurs modes de datation existent :

  • la datation par le millésime inscrit sur la maison (encore rares à l’époque médiévale). Il peut correspondre à une reconstruction. De même des reprises postérieures ne sont pas exclues : il ne date que l’unité architecturale à laquelle il correspond.

  • La datation stylistique ou typologique. Ici la méthode consiste à comparer les décors des structures (baies, cheminées, corniches, etc…) permettant d’estimer une fourchette de datation. Il faut prendre garde dans ce genre de démarche aux archaïsmes et aux innovations assez difficiles à discerner, et aux différences de diffusion d’un style d’une région à une autre. Quelquefois les choses sont peu évidentes : l’usage du chanfrein sur les baies est continu du XIIIe au XVIe siècle à Flavigny.

  • La caractérisation technique : le but est de pouvoir attribuer à une époque donnée certaines caractéristiques techniques de la construction, là aussi par rapprochements et comparanda. Cela regroupe les questions de mise en œuvre, choix des matériaux, modules et tailles de pierre, types d’huisseries, de charpentes, choix du mortier. Ainsi l’usage de l’outil de taille appelé bretture, continu du XIIIe au XVIe siècle, caractérise bien le style gothique dans notre cas.

  • La datation contextuelle. Il s’agit d’appréhender le bâti dans ses différents contextes : le contexte spatial (son insertion dans la trame urbaine, le parcellaire), les volumes de la maison, les systèmes de distributions, la présence d’éléments souvent typiques d’une époque donnée (comme les tourelles d’escalier à vis ou les cordons avec larmiers), les liens « stratigraphiques » d’un bâtiment avec les bâtiments voisins, la présence d’inscriptions ou d’éléments de décors qui sont autant d’éléments datants.

  • Dater avec la documentation : c’est la corrélation des informations fournies par l’étude du bâti et les mentions d’archives. Il est possible de caractériser des éléments uniquement connus par l’iconographie ancienne.

  • La datation par les objets associés aux structures, aussi bien le mobilier issu de fouilles archéologiques, des découvertes fortuites que les meubles ou huisseries en place.

  • La datation en laboratoire : la mise en évidence de phénomènes chimiques, physiques ou biologiques qui apportent des datation absolues avec pour exemples la dendrochronologie (étude des cernes de croissance des arbres), la datation par thermoluminescence pour les terres cuites architecturales ou l’analyse microscopique du mortier.

Schéma de synthèse sur les méthodes de datation d'une unité architecturale d'une maison.

Schéma de synthèse sur les méthodes de datation d’une unité architecturale d’une maison.

Il est nécessaire de recouper les résultats de ces différentes approches pour garantir une datation fiable. Dans mon cas d’étude, ce type de démarche permet dans un premier temps de conforter l’estimation médiévale de certains bâtiments. Par ailleurs, au delà des simples dates buttoirs que fournissent ces recherches, il faut avant tout considérer les phases d’occupation : les dates fournies ne sont que le témoignage de ruptures.

Appréhender la chronologie des différents ensembles qui composent la maison ancienne incite à s’interroger sur la raison de la multiplication des reconstructions. La maison se transforme plus vite qu’un château ou une église : elle est plus modeste et donc plus modulable, elle est aussi repensé à chaque génération.

Les changements, qui demandent plus ou moins de moyens financiers, interviennent pour plusieurs raisons : la modification dans le cadre de l’évolution des modes de vie, la mise au goût du jour des décors (notamment sur la façade, véritable vitrine sociale de la demeure), l’amélioration du confort, par nouvelle affection du bâtiment (nouvelle fonction), pour des réunions ou divisions de maisons, le changement des modes de distributions ou encore le réalignement de façades pour l’agrandissement de rues. Il arrive aussi que la maison se dégrade par ruine, destruction volontaire (faits d’armes) ou non (infiltration d’eau, inondation, incendie). Notons au passage que les maisons les plus opulentes sont généralement les mieux conservées : les constructions médiévales précaires résistent difficilement à l’emprise du temps. Dans cette notion de reconstruction il faut bien reconnaître les remplois d’éléments anciens, très nombreux et souvent ultimes témoins d’une architecture antérieure.

L’agglomération flavignienne, qui se peuple largement surtout à partir de la fin du IXe siècle connaît une grande phase d’extension à partir du début du XIIIe siècle, et en l’occurrence les plus anciennes maisons en pierres du lieu remontent à cette époque. Les bâtiments significatifs sont bâtis bien en vue sur la rue, ils polarisent l’espace et sont présents à plusieurs endroits de la ville intra-muros et pas seulement au centre, ce qui plaide pour une occupation relativement dense dès cette époque. On recense 80 foyers en 1397 dans les « cerches de feux », avec grosso-modo une maison par foyer.

La question se pose de savoir si les maisons médiévales de Flavigny étaient plutôt bâties de pierres ou de bois. Il semble qu’aux XIIe et XIIIe siècle de premières maisons de pierre assez marquantes cohabitent probablement avec des demeures à pans de bois plus sommaires. Les troubles entre la deuxième moitié du XIVe et le début du XVe siècle occasionnent peu de nouvelles constructions. Un grand nombre de nouvelles constructions de pierres caractérisent les XVe et XVIe siècles : les bâtiments de bois restent présents avant tout pour les maisons très modestes et les dépendances de la maison. L’espace urbain est alors bâti au maximum. Les XVIIe et XVIIIe voient la rarification des structures en bois au profit du tout en pierre ou presque.

Concernant les caves, elles ont la particularité à Flavigny d’être nombreuses à se développer sur deux niveaux et en partie creusées dans la roche. Les voûtes semblent pour la plupart postérieures au XVe siècle : le choix d’un couvrement en plancher était généralisé. Quelques unes de ces caves sont très anciennes mais un grand nombre est aménagé ou agrandi aux XVIe-XVIIIe siècles pour les besoins de la production viticole.

Façade d'une maison qui comporte au moins six remaniements successifs depuis sa construction à la fin du XIIIe siècle.

Façade d’une maison qui comporte au moins six remaniements successifs depuis sa construction à la fin du XIIIe siècle.

 Faire la synthèse chronologique du bâti civil privé de Flavigny-sur-Ozerain revient à considérer de nombreux éléments disparates correspondant à des époques, localisations et états bien différents. La prise en compte de cette notion de phases chronologiques et de reconstructions successives aide à mieux appréhender et contextualiser les spécificités locales du bâti et les évolutions inhérentes. Le constat est le même qu’au départ : le nombre de maisons anciennes conservées est assez considérable, cependant ce ne sont que des fragments d’un puzzle dont certaines pièces sont depuis longtemps égarées. Ce nombre encore élevé de structures anciennes s’explique simplement par l’histoire du bourg, à savoir le manque de dynamisme économique et démographique qui caractérise Flavigny surtout à l’époque contemporaine et les contraintes topographique du site qui limitent le montage de projets immobiliers conséquents. Enfin, au-delà de l’indéniable intérêt scientifique que cela représente, le résultat des études sur la chronologie intéresse aussi les habitants eux-mêmes. Cela peut les orienter dans leur choix de restaurations, de mises en valeur de certains bâtiments ou structures pour leur noble ancienneté.